Harcèlement... Encore un cas

Je me faisait presque toujours harceler en primaire... Étant un étranger, n'étant pas très sociable et ce démarquant beaucoup de la classe depuis le CP, on avait plein de possibilités pour attaquer... Pendant longtemps, je digèrais toutes les moqueries, les farces, les petites violences sans trembler, avec un sourire, déstabilisant les assaillants. Mais à l'intérieur, c'était très dur de retenir mes émotions... Je ne comprennais pas pour quoi on m'ejectait du groupe, et je voulais répondre à eux. Ma situation phisique empêchait mon cerveau de faire cela car je savais que le résultat serait une bagarre dans laquelle je serais perdant à cause de ma faiblesse. Lorsque on m'a changé d'école (pour une autre chause) , en CE3, j'espérais me trouver un bon ami, car en bon lecteur j'ai lu dans un livre que une personne appartenant à un groupe a moins de chance à se faire harceler. C'était un fail. La première année dans cette école je me suis renfermé dans une bonne carapasse dans laquelle je développa mes capacités intellectuelles et où mes capacités à communiquer ont étés mis à l'écart... Mauvaise politique, car c'est à cet âge qu'elles se développent massivement, ce qui m'a transformé en un loup solitaire. Dans un an, j'ai rencontré mon futur vrai ami, qui m'aida à grimper hors la coque de la solitude, et c'est grâce à lui que je me suis rouvert au monde, mais déjà une partie de ma vie à été gâchée à cause de l'harcelement. Je veux dire au gens qui lisent ce message,que encaisser silencieusement ne passe pas gratuitement... Il faut répondre... Même un sourire de ta part, après avoir entendu tes agresseurs, compte comme une victoire, car ils n'ont pas cassé ton esprit.