Mythes et réalités sur le suicide

« Je me suis aperçu après coup que je ne sais pas du tout comment me comporter face à ce genre de situations. Je n’ai pas été formé à cela et humainement, aucun réflexe ne me vient. Je ne saurais pas trouver les mots justes. »

Le suicide est un sujet difficile à aborder et demeure une énigme pour la plupart des gens.
Pour tenter expliquer l’inexplicable, certains ont parfois recourt à des mythes, fausses croyances ou préjugés causés par la peur ou le manque de connaissances.
Malheureusement, ces idées fausses favorisent souvent l’inaction.

Vrai Faux
Les personnes suicidaires sont formellement décidées à mourir.

Mythe - La personne suicidaire veut cesser de souffrir et non mourir. Elle est partagée entre son désir d’arrêter de souffrir et la partie d’elle qui veut vivre. Pour l'aider, il faut accueillir sa souffrance et l’amener à se reconnecter avec ses raisons de vivre.

Une personne qui parle de se suicider ne le fera pas.

Mythe - La plupart des gens qui se sont suicidés en ont parlé avant, ou ont donné des signes qui n’ont peut-être pas été reconnus. Il ne faut surtout pas penser que les jeunes qui menacent de se suicider veulent attirer l'attention ou manipuler les autres.

Il faut être lâche ou courageux pour se suicider.

Mythe - Le suicide est un geste de désespoir. Il n'est question ni de la lâcheté, ni de courage. Si un jeune dit qu’il est trop lâche parce qu’il n’a pas le courage de se suicider, il faut lui répondre que le courage, c’est de demander de l’aide et d’en parler !

Parler du suicide encourage le passage à l’acte.

Mythe - Demander avec bienveillance s’il pense au suicide à quelqu'un qui va mal n'a jamais contribué à un passage à l'acte suicidaire, au contraire ! Lui donner la possibilité de parler de sa souffrance, c'est peut-être lui sauver la vie

Le suicide est imprévisible, on n’y peut rien.

Mythe - La plupart (8 / 10) des personnes qui pensent au suicide donnent des signesdirects ou indirects de leurs soufrance. Ces signes ne sont pas toujours évidents à détecter, mais ce sont des appels à l’aide qu'il faut prendre au sérieux.

Les gens suicidaires sont des malades mentaux ou des fous.

Mythe - Les personnes qui pensent à s’enlever la vie ne souffrent pas toutes de trouble mental et les personnes souffrant de trouble mental ne sont pas toutes suicidaires. Cependant, les pensées de mort ou de suicide peuvent être un des signes de la dépression.

Toute personne suicidaire paraît déprimée.

Mythe - Bien que la personne suicidaire soit la plupart du temps en période dépressive, toutes ne présentent pas nécessairement des signes de dépression. Au contraire, certaines personnes paraissent dures et insensibles alors que d’autres sont de bonne humeur et très actives. Il faut faire attention car ces comportements peuvent servir à cacher une grande tristesse et des pensées suicidaires.

Les personnes qui ont déjà fait une tentative de suicide sont tirées d’affaire.

Mythe - Une personne ayant fait une tentative peut rester fragile. Il est préférable qu’elle ait un suivi psychologique, et que l’entourage maintienne sa vigilance aux signes de détresse.

Un jeune qui pense au suicide, qui aime ses parents et qui est aimé, va se confier à eux.

Mythe - Le jeune suicidaire peut ressentir de la culpabilité et craindre la réaction de ses parents. Il est important qu’ils soient au courant de sa souffrance et l’accompagnement d’un professionnel peut être nécessaire pour favoriser la communication entre eux.

Le suicide ne concerne que les personnes ayant des problèmes familiaux, ou n’ayant pas de croyance religieuse.

Mythe - Il n’y a pas de profil type de la personne suicidaire. Tout le monde peut avoir des pensées sur le suicide dans un moment de désespoir.

Le suicide est héréditaire,

Mythe - Le suicide n’est pas une maladie. Il peut cependant être un comportement répété s’il y a eu un suicide dans l’environnement.

Ses problèmes ne sont pas suffisamment graves pour conduire au suicide

Mythe - Une même situation peut être vécue comme banale pour une personne et dramatique pour une autre. Il ne s’agit pas d’évaluer la gravité d’un problème mais l’intensité de la souffrance provoquée par ce problème.

Un/une jeune qui menace de se suicider veut faire son intéressant et se faire remarquer.

Mythe - Il cherche probablement à attirer l’attention pour obtenir de d’aide. Il va vraiment mal et ne sait plus comment se faire entendre. Il faut le prendre au sérieux, et le diriger vers un service d’aide.

Imprimer