Des préjugés sur le suicide ?

Nous avons tous des préjugés sur le suicide, c’est normal. Notre peur du suicide vient essentiellement de notre ignorance et des idées reçues qui circulent sur ce sujet.
Etre mieux informé peut t’aider à les dépasser et te permettre toi aussi d’être un acteur de la prévention.

Alors, préjugé ou vérité ?

Vrai Faux
Si un ami me confie ses idées suicidaires en me demandant de ne pas en parler, je ne dois pas rester seul avec ce secret.

Ceci est exact. Tu peux lui promettre la discrétion, mais pas le secret. Il ne faut pas penser que ta loyauté est plus importante que la vie de ton ami. Trouve un adulte de confiance à qui tu peux en parler afin que ton ami soit aidé.

Si je parle de suicide avec un copain qui va mal, ça peut l’inciter à le faire.

Préjugé - Si tu as un ami qui semble vivre une grande souffrance, n'aie pas peur de lui demander s'il pense au suicide, ça ne va pas lui donner l'idée de le faire. Il se sentira compris et sera encouragé à demander de l’aide.

On ne peut rien faire pour aider un copain ou une copine qui pense au suicide.

Préjugé - On peut toujours l’aider. Tu peux l'écouter, sans le/la juger, sans l’interrompre, sans lui donner de conseils. Encourage-le/la à demander de l’aide et parle-lui de Stop Silence.

Une personne qui pense au suicide veut vraiment mourir.

Préjugé - Un jeune qui pense au suicide voit peut d’autres solutions. Pourtant ce n’est pas la mort qu’il recherche, mais la fin de sa souffrance.

Un/une jeune qui menace de se suicider veut faire son intéressant et se faire remarquer.

Préjugé - Oui, il/elle cherche peut-être à attirer ton attention pour obtenir de d’aide. Probablement qu’il/elle va vraiment mal et ne sait plus comment se faire entendre. S’il/elle vient vers toi c’est qu'i/ellel a confiance en toi : prends-le/la au sérieux, encourage-le/la à demander de l’aide.

Une personne qui pense au suicide paraît nécessairement déprimée.

Préjugé - La personne qui pense au suicide est souvent en période dépressive mais ne va pas nécessairement le montrer. Chez les jeunes, il arrive que la phase dépressive ne soit pas apparente.

Une personne fragilisée par une période difficile (deuil, maladie, divorce, traumatisme, accident, guerre, etc.) est nécessairement suicidaire.

Préjugé - Il n’y a pas de personnalité suicidaire type. Il y a des personnes qui vivent de grandes difficultés à un moment de leur vie et qui ne pensent pas au suicide.

Tout le monde peut penser au suicide.

Réalité - Chaque personne peut penser au suicide si elle traverse une période difficile mais cela ne veut pas dire qu'elle va se suicider.

Pour penser au suicide il faut avoir un problème mental ou être fou.

Préjugé - Les personnes qui souffrent de maladies mentales ne sont pas nécessairement suicidaires et les personnes suicidaires ne souffrent pas toutes de maladies mentales. Mais les idées suicidaires sont parfois un indice de présence de dépression.

Une personne suicidaire est lâche ou courageuse.

Préjugé - Il n’est question ni de courage ni de lâcheté. Une personne suicidaire vit une période où sa vie lui parait insupportable. Le suicide est un acte de désespoir.

Ses problèmes ne sont pas suffisamment graves pour conduire au suicide

Préjugé - Une même situation peut paraître banale pour une personne et dramatique pour une autre. Il ne s’agit pas d’évaluer la gravité d’un problème mais l’intensité de la souffrance provoquée par ce problème.

Une personne suicidaire le restera toute la vie.

Préjugé - Même chez certains jeunes les crises suicidaires peuvent se répéter, elles ont un début et une fin et elles peuvent s’arrêter définitivement. L’important est d’obtenir de l’aide adéquate au bon moment.

Imprimer